POUR UN DEPARTEMENT QUI PROTEGE ET AGIT

Non classé

Le piège de la recentralisation initié sous Nicolas SARKOZY et prolongé Sous François HOLLANDE et Emmanuel MACRON se referme sur les collectivités territoriales. La recette est simple, transfert massif de compétences d’un côté, réduction des enveloppes budgétaires de l’autre et perte d’autonomie fiscale.

L’Etat, au temps du néolibéralisme, veut imposer un espace de concurrence sans limite dans lequel, les services publics et les collectivités locales représentent des obstacles majeurs à la recherche du profit maximum.

Longtemps en résistance, le Département de l’Hérault ploie aujourd’hui et tente par une communication tous azimuts de présenter un bilan élogieux de son action.

Dans tous les domaines, au regard de la situation nationale, l’Hérault continue d’afficher des indicateurs inquiétants, sur la pauvreté, la précarité des situations familiales, les taux de couverture en services publics essentiels (petite enfance, personnes âgées, services médicaux de proximité, transports collectifs en milieu rural, logement socialement accessible…).

L’affichage permanent de sommes allouées aux politiques départementales ne repose sur aucun objectif vérifiable de réduction concrète des inégalités.

 Il est temps de changer de braquet pour un Département réellement en phase avec les besoins de sa population.

Nous voulons une Département qui :

  • Affiche des priorités claires et chiffrées reposant sur un plan sur 6 ans de réduction des inégalités dans les domaines essentiels de ses compétences sociales et environnementales ;
  • S’engage sur des choix prioritaires stricts en faveur de la création de services publics ou en collaboration avec les structures reconnues de l’Économie Sociale et Solidaire ;
  • Vienne pallier en investissement et gestion directe pour garantir un équilibre et une mixité sociale sur les territoires ;
  • Informe, interpelle les citoyen.ne.s, s’associe à leurs luttes et décide avec eux ;
  • Initie et appuie les résistances à tous les échelons aux politiques libérales et peu soucieuses de la transition écologique.

Sur l’ensemble de ces sujets, un débat politique, une large confrontation d’idées et des choix clairs sont nécessaires.

Il n’est pas anodin que le Président du Département soutiendra les maires de droite de Fabrègues ou Saint-Gély-du-Fesc dont, s’il ne fallait citer qu’un indicateur, le taux de logements sociaux est inférieur à 5%.

Ainsi la boucle est bouclée, d’abord on fait avec ? après quelques contestations de pures formes, puis on s’adapte et enfin on en vient à s’associer à ceux dont les choix politiques nous contraignent !  

Leave a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *